Balzac, Honoré de • Des Enseignes de Paris


Balzac, Honoré de • Des Enseignes de Paris

15,00
Prix TTC, frais de livraison compris


Dans César Birotteau, Balzac évoque «un magasin de nouveautés nommé le Petit Matelot, le premier des magasins qui depuis se sont établis dans Paris avec plus ou moins d’enseignes peintes, banderoles flottantes, montres pleines de châles en balançoire, cravates arrangées comme des châteaux de cartes, et mille autres séductions commerciales, prix fixes, bandelettes, affiches, illusions et effets d’optique portés à un tel degré de perfectionnement que les devantures de boutiques sont devenues des poèmes commerciaux ». En 1826, le présent Dictionnaire..., paru sans nom d’auteur, édité par l’Imprimerie Honoré Balzac, Paris, référençait ce Petit Matelot de l’île Saint-Louis: «C’est un jeune marin qui se recommande à la Providence. M. Delagrange [le marchand de nouveautés] n’a plus besoin de s’y recommander, sa fortune est faite; mais son enseigne à refaire.» L’attribution à Balzac de ce document original a été généralement admise, discutée, parfois mise en doute. Il n’est pas sans correspondance avec la démarche de la Comédie humaine: par sa description «sociologique» des objets banals du quotidien et par le doute ironique relatif aux leurres de la vie sociale, la presse, les vogues culturelles.

Préambule. — L’attribution à Balzac de ce Dictionnaire des Enseignes, paru sans signature en 1826, a été admise en général, discutée, parfois mise en doute. On a évoqué Horace Raisson, et aussi G.-L. Brismontier (auteur la même année d’un Dictionnaire des gens de lettres vivants paru sans signature, et à qui la déclaration d’imprimeur attribue celui-ci: faut-il croire les mentions officielles, dans un contexte de censures fréquentes et des vindictes de la grande presse annoncées dans la conclusion?). L’imprimerie Honoré Balzac (17, rue des Marais-Saint-Germain, devenue Visconti), avec ses 282 livres imprimés-édités de 1826 à 1828, et sa propension aux « Codes...» curieux et populaires, a pratiqué les écrits de collaboration. Dans la notice « Accoucheuse », l’auteur (unique, puisque parlant à la première personne ?) corrige la transcription erronée d’un « copiste », suggérant le recueil à plusieurs d’un matériau mis au net et en ordre par le responsable de l’ouvrage — ou de son édition? Le «batteur de pavé» cependant témoigne de ce qu’il voit lui-même dans ses pérégrinations. La critique a souligné les correspondances entre la démarche originale de cette recension d’enseignes et l’observation sociologique avant la lettre de la Comédie humaine : la vie quotidienne dans ses réalisations banales devient objet artistique et littéraire de description, d’analyse, de satire... De nombreux commentaires des prétentions affichées par les enseignes commerciales semblent renvoyer au travail de démythification cher à Balzac, ainsi qu’à son constat désillusionné de relations trompeuses et cupides. Sauf quelques détails, la présente édition suit le texte établi par Marcel Bouteron et Henri Longnon dans Œuvres complètes de Honoré de Balzac. — Œuvres diverses, t.I*, Éd. Louis Conard, Paris, 1956. Des notes en bas de page complètent notre volume, pour élucider différentes allusions culturelles ou historiques. ( J.-L. M. P.)

    

et le diriger dans sa course. Dieu ! messieurs les marchands, affaire à vous, pour faire si promptement un marin d’un homme de terre.

Dumolet (À Monsieur). Rue Montesquieu ; bonneterie. — M. Dumolet est peint la jambe levée, et faisant remarquer aux passants que, bien qu’il soit habitant de Saint-Malo, il n’en a pas moins la jambe bien faite ; mais il semble dire qu’il doit ce phénomène aux bas réparateurs que l’on débite précisément au magasin sur le devant duquel il se présente.

Éclipse de 1820 (À l’). M. Bourdillet, marchand de nouveautés, n° 15. — L’Éclipse de 1820! quelle frayeur a saisi les Parisiens ; le soleil allait être aux prises avec la lune ; la terre, qui les empêchait de combattre corps à corps, allait être brisée dans la lutte; enfin le globe allait être anéanti. Les maris, craignant pour la fragilité de leurs femmes, les avaient mises sous clef; les maris ne voulaient rentrer dans le néant qu’avec le plaisir que leur promettait le chaos qui devait nous plonger dans l’obscurité... Pourtant, tout s’est arrangé: la lune a dit bonjour au soleil, les maris bonsoir à leurs femmes, à celles-ci les amants ont dit: «À demain! » et M. Bourdillet, sous la protection des uns et des autres, a vu fleurir son commerce, et il fleurira jusqu’à la mauvaise saison... Gardez-vous d’en douter…

Écrin (À l’). Rue Notre-Dame-de-Nazareth, n° 15. Gerbaud, fabricant de parures de théâtres. — Que de têtes M. Gerbaud a couronnées! Rois, empereurs, sultans, ducs du boulevard du Temple, prenez-en note, c’est là que s’achètent à bon marché les insignes de votre grandeur. Fiancées de comédie, vous y trouverez aussi vos bijoux ; mais surtout priez le fabricant d’être plus adroit que son peintre d’enseigne.

Parcourir également ces catégories : catalogue livres, Littérature : Œuvres, Histoire