BALZAC, Honoré de • Code des gens honnêtes


BALZAC, Honoré de • Code des gens honnêtes

20,00
Prix TTC, frais de livraison compris


Dévoiler les « manières les plus remarquables de  s’entrevoler dans le grand monde » et dans la société en général, mue par une quête de l’argent qui donne tout, le plaisir, la considération, « l’esprit même », tel est le propos de cet ouvrage. Il parut en 1825 sans nom d’auteur, puis sous la signature du collaborateur Horace Raisson. Il fut enfin rendu à Balzac dans les éditions posthume et, depuis, reconnu comme étant de lui (les collaborateurs se répartissant les ouvrages d'une série cosignée, chacun rédigeant les siens).

Plus qu’un relevé légèrement ironique des larcins courants auxquels s’adonne la « classe des voleurs », le (ou les) auteur(s) désigne(nt) la conversion des rôles censés les contrecarrer en offices plus ruineux. Si l’on songe à l’importance du thème de l’escroquerie dans la Comédie humaine, le présent Code… constitue un cahier d’esquisses sur les rapports de prédation qui parcourent la civilisation. Parmi les portraits de trompeurs et manipulateurs gravitant entre deux sphères du cosmos social, l’une légitime et l’autre occulte, on entrevoit la figure énigmatique de Vautrin. Il s’agit d’un recueil balzacien également par ces canevas ourdis en saynettes et tableaux de mœurs, attestant l’analogie entre la combinaison décrite et la création de son écriture. « Songez que souvent vous pourrez être le centre de toute une intrigue, et que deux, trois ou quatre acteurs différents joueront leurs rôles pour faire sortir de votre magasin ou de votre poche cette précieuse panacée : l’argent ! » — Dans la IVe partie des Splendeurs et Misères des courtisanes, dont l'ouverture se situe dans ce même milieu de voleurs évoqué dans le Code…, Balzac écrira comme en écho l'aveu de cette fascination pour l'indémêlable complexité: «… le vrai a pris la peine de devenir romanesque. La nature sociale, à Paris surtout, comporte de tels hasards, des enchevêtrements de conjonctures si capricieuses, que l'imagination des inventeurs est à tout moment dépassée. La hardiesse du vrai s'élève à des combinaisons interdites à l'art, tant elles sont invraisemblables ou peu décentes…»

Ce classique demeure d'actualité et a été republié en ce mois d'octobre 2008 pour conjurer la crisefinancire et du moins en protéger ceux qui voudront bien le lire.

Parcourir également ces catégories : Titres récents, Littérature : Œuvres, Histoire